Pour l’amour des bonbons de notre enfance (Coco Boer en vedette)

Les bonbons. Vous me manquez, douce (et pas si douce) confiserie de mon enfance. Mes dents ne vous aimaient pas autant que moi.

Je me suis trop souvent associé à vous et j’ai passé plusieurs mercredis matins dans un fauteuil de dentiste.

Ah, les caries ! Et ces horribles plombages de couleur argentée ! Vous en valiez la peine, les bonbons. Vous en avez toujours valu la peine.

Je regardais les bonbons vendus au cinéma l’autre jour, et j’avais de la peine pour les pauvres enfants qui ne vous connaîtront jamais, autant que moi.

Vous étiez tout aussi colorés, traités chimiquement, aussi malsains que vos homologues modernes, mais le temps – et les souvenirs – vous ont donné une aura, une patine.

Vous avez bien vieilli, comme un bon vin.

Le palais des bonbons et du nougat de Montélimar en présente encore quelque uns dont je vais vous parler ici.

Je me souviens… des bonbons anciens de Montélimar

Je me souviens de voyages à la confiserie locale, ou boulangerie, où vous étiez habilement exposé sur le comptoir, à la bonne hauteur pour séduire et fasciner nos jeunes yeux.

Et assez près de la caisse pour que Madame la commerçante puisse nous surveiller, si nous vous enlèvions.

Les bonbons français
Les bonbons séduisent tout le monde, du plus petit jusqu’au grand

Mes bonbons préférés

Je me souviens des acidulés, allant de piquant à acidulé, jusqu’à l’acidité grimaçante qui fait mal aux dents.

Les bonbons soucoupes

Ressemblant à des soucoupes volantes, régnaient en maître. Ils avaient l’air inoffensifs et plus jolis que des macarons.

Leur coquille molle, faite du même pain sans levain que les hosties que nous consommions le dimanche à l’église, fondait sur la langue après quelques minutes, révélant la poudre blanche à l’intérieur, une explosion de saveurs acides.

Les colliers de bonbons

Les petites filles adoraient leurs colliers de bonbons. Chaque « perle » sur le collier avait une saveur différente : Tu viens juste de mâcher si tu enlèves l’élastique flexible.

Le collier se transforme en un désordre visqueux, qui se retrouve inévitablement coincé dans vos cheveux. Le bon vieux temps.

Collier des bonbons
Les colliers des bonbons

Les Bouteilles Cola

C’était tellement amusant de tirer sur les Bouteilles Cola (bouteilles de gomme à mâcher aromatisées au Coca-Cola) jusqu’à ce qu’elles se déchirent.

C’était la meilleure chose à faire après le soda, encore mal vu par de nombreux parents.

Bonbon cola
Bonbons en forme des bouteilles au cola

Car en Sac de Haribo

Qui pourrait résister à la Car en Sac de Haribo ou n’en manger que quelques uns, alors qu’il était si facile de verser le contenu de chaque petit sac dans votre bouche ?

Est-ce important que les petits insectes te tachent la langue de rouge, de vert ou de bleu pendant des heures après ?

vieux bonbons français
Car en sac de Haribo

Les rouleaux de réglisse

C’est un miracle que mes dents n’aient pas été définitivement tachées par les rouleaux de réglisse.

C’était un tel plaisir de dérouler et de mâcher. Alors que le goût sucré de la réglisse touchait votre langue, jusqu’à ce que vous atteigniez la récompense: le morceau de bonbon au milieu du rouleau.

Coco Boer

Tous les enfants français, de ma génération ou plus âgés, ont connu Coco Boer, immortalisé par le chanteur Renaud dans sa chanson nostalgique et poétique, Mistral Gagnant, en 1985.

La poudre de réglisse à diluer dans l’eau, le Coco Boer (source 123bonbon)

La poudre à base de réglisse, aromatisée à l’anis, tachait nos doigts en les trempant dans les petites boîtes de conserve. En été, nos mères ajoutaient du Coco Boer à l’eau pour préparer une boisson rafraîchissante.

Pour acheter du Coco Boer, voici quelques sites où il est encore possible d’en acheter (et donc d’essayer ce bonbon ancien !) :

Roudous et carambars

Je me souviens des Roudous, bonbons durs et colorés que l’on léchait de coquillages

Et des carambars bâtonnets durs au caramel qui détruisaient inévitablement vos plombages, mentionnés dans les textes de Renaud, comme favoris des enfants.

Fraise Tagada

Mais aucun de ces délicieux amis n’a pu rivaliser avec les rois des bonbons français à base de guimauve !

Le meilleur bonbon
Les bonbons nous donnent un plaisir immediat et une agérable sensation

La très populaire Fraise Tagada est aussi populaire aujourd’hui qu’elle l’était dans ma jeunesse, auprès des enfants et des adultes stressés. Il y a des monticules de guimauve blanche recouverts d’une croûte de sucre dur pour ressembler à des fraises.

« Tagada, on grandira plus tard ! » présente une des pub de Haribo

Le Petit Ourson Guimauve

Ce bonbon de Bouquet d’Or est né il y a plus de 50 ans, et fait toujours le bonheur des palais français et nord-américains depuis 2012.

Les confiseries classiques et anciennes vous plaisent, découvrez ici la fête du nougat à Montélimar et la recette parfait du nougat de Montélimar.

Et vous, quel est votre bonbon préféré entre le Petit Ourson Guimauve et le Coco Boer ?

Dites le nous dans les commentaires ci-dessous, nous comparerons avec notre préférence 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *